« Pop shit 9 », Laurent Impeduglia